Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

Maxime

Mon Idéal ... c'est Vous !

Recherche

Texte libre

Vous souhaitez soutenir notre action  

BULLETIN D’ADHESION 

« LES AMIS DE FLOURENS » 31130 FLOURENS

 Nom Prénom ……………………………

 Adresse………………………

Localité……………Code Postal…….

' .../.../.../.../...   

š e-mail…………………

 £      Adhérent : 21.00 €

 £      Sympathisant : 16.00 €

 £      Membre Bienfaiteur : Sans limite de versement

 £      Demande d’information sur l’association.

 Règlement à joindre au nom de: 

« LES AMIS DE FLOURENS ». CCP:0772086RO37 Tlse

Coupon à expédier à :

Jean  GRANADOS. 2, rue Pasteille. 31130 – FLOURENS  

Archives

7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 13:03

J’ai mis longtemps à comprendre qu’il ne fallait pas confondre l’espoir et l’espérance.

Au-delà de l’espoir qui nous habite de façon parfois trop éphémère et fugace il y a l’espérance et sa vivance profonde.

L’espérance qui s’inscrit tel un ancrage non seulement dans l’instant présent à vivre à temps plein mais qui se développe et s’agrandit dans la durée.

L’espérance qui prend racine au meilleur de nous-mêmes pour nous permettre de nous relier à nos ressources les plus imprévisibles.

L’espérance qui nous invite à laisser croître une qualité d’être qui nous fera découvrir combien la vie est merveilleuse à vivre si nous acceptons de l’accueillir dans chacune de ses manifestations et de la respecter dans ses tâtonnements  comme dans ses émerveillements.

L’espérance qui nous fait croire malgré tout ce qui nous entoure, que l’homme, même s’il est un prédateur redoutable, peut aussi être un doué pour la bonté et le bonheur.

Mais j’ai mis encore plus de temps pour découvrir : où serait la source de l’espérance en chacun de nous ?

Suivant nos croyances, pour les uns ce sera la foi ou la croyance en un dieu,  pour d’autres la conviction profonde que derrière tout événement aussi négatif qu’il puisse apparaître se cache un message positif à recevoir et à entendre.

Pour certains encore dont je suis, la certitude que la vie n’est faite que de rencontres et de séparations.

Que l’existence est une suite de  renaissances, que nous passons notre vie à nous mettre au monde, pour aller vers le meilleur de nous-mêmes et des autres.

                                                                                                               GRANADOS jean

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 10:36

D’autres avant moi, et bien plus prestigieux par leur parcours ont usé de cette expression qui fera date dans nos esprits. 

En effet, un certain Séguéla, publiciste de son état, l’aura remise au goût du jour après que, le non moins connu Léon Blum l’ait inventée en 1936 : LA FORCE TRANQUILLE  !  

 

Souvenons-nous comment François Mitterrand se l’est appropriée, tant elle collait aux circonstances de l’époque et à l’image que voulait faire passer l’homme en question.  

 

Loin de moi l’idée de me comparer à ces grands hommes tant il serait prétentieux de ma part de tenter le moindre rapprochement ; toutefois, l’envie de vous faire partager mes états d’âme sur cette expression est tellement grande que j’ai décidé de ne pas y résister !  

 

Ne sommes-nous pas ici pour tout nous dire ?  

 

Dans notre cher Larousse la FORCE a pour synonyme, l’énergie, la vigueur, la capacité à résister aux épreuves, un degré d’aptitudes tant physiques qu’intellectuelles .  

Le Grand dictionnaire de la langue française poursuit quand il énumère l’intensité d’action, la puissance, l’efficacité et fait état de l’énergie morale et de talent.  

Les locutions utilisant ce nom commun sont légion : être en force, à forces égales, avoir force de loi, à toute force, en cas de force majeure, tour de force…  

 

L’adjectif TRANQUILLE se résume dans le Grand Dictionnaire à : qui est sans agitation, sans inquiétude.  

Quant au Larousse, il reprend : sans agitation, sans bruit, en un mot paisible. Sans inquiétude, sans trouble.  

Il me semble bien que ces deux termes judicieusement accolés, transmettent une idée-phare, une volonté, une voie à suivre, un projet, un univers à lui seul, un destin.  

 

Au travers de tous les écrits qui précèdent dans ce blog et par lesquels j’ai souhaité me rapprocher de vous pour vous faire toucher du doigt le début d’un commencement de connaissance de l’autre,  par le biais de souvenirs (mes racines) , de coups de gueule, de propositions, d’innovations, d’appels, de rappels, je tente, depuis plus de 30 années sous des aspects divers et depuis plusieurs mois dans ce blog, de m’ouvrir à vous pour que vous sachiez enfin à qui vous avez à faire.  

 

Vous l’aurez saisi, je pense, la FORCE fait bel et bien partie de moi avec son côté énergique et vigoureux ainsi que ma capacité à résister aux épreuves en gardant toujours et encore le cap.  

 

Je ne désarme pas face à l’adversité quelque soit son visage.  

 

J’ai toujours su et peut-être même aimé, affronter les tempêtes pour mieux protéger les miens.  

 

Parallèlement, je n’en reste pas moins Homme avec mes moments de faiblesse, de fragilité et de tendresse.  Ceux-ci s’expriment souvent de manière détournée car les hommes sont parfois et trop souvent pudiques sur tout ce qui concerne les sentiments.  

 

Pourtant, qu’il est bon de se reposer de batailles inutiles, qu’il est doux de prendre le temps d’être présent aux côtés des autres, qu’il est agréable d’être paisible. Cette TRANQUILLITE, j’y aspire autant que quiconque. 

Rien de bon ne peut se réaliser dans l’agitation, le trouble et le désordre. 

Nous aspirons tous au calme pour goûter aux plaisirs de la vie.  

 

Cela ne signifie pas pour autant que l’on doive se reposer sur ses lauriers, ni s’enliser dans des situations sans issue. 

C’est même, selon moi, un devoir civique que de réagir face à des événements absurdes ou dangereux.  

 

La vie est tellement loin d’être un long fleuve tranquille justement !  

 

Il revient donc à chacun de préparer sa route, de tracer son itinéraire afin de parvenir aux buts que l’on s’est fixés.  

 

Je me propose une fois de plus de me tenir à vos côtés afin que l’on fasse grandir Flourens ensemble. 

C’est un dessein d’une grande ampleur avec au bout du chemin une si belle satisfaction pour tous. 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 08:00

Dans « une vie antérieure » à Flourens, il m’a été donné d’être présent sur le terrain comme bon nombre de mes comparses, nouveaux arrivants des années 70/80 (de 1976 à 1989 précisément) qui comme moi ont eu le désir de créer, de s’impliquer, de bâtir quelque chose sur leur lieu de vie. 

C’est essentiellement au travers d’idées neuves et révolutionnaires pour l’époque qu’ont vu le jour, entre autre, des activités sportives inexistantes et qui, pour certaines d’entre elles,  perdurent encore aujourd’hui. 

 

Je ne crains pas de dire que je suis à l’origine du CSL (Comité Sports et Loisirs de Flourens) qui a proposé des randonnées montagne, l’encadrement football de nos jeunes et ultérieurement la création la l’ASFDL, un club de tennis, la gymnastique volontaire mixte, des rallyes découverte, une section informatique, la section pétanque, concours photos… sans oublier les sorties ski, vélo, canyonning, les soirées ping-pong, les escapades du dimanche au Pas de la Case , la belote, la création du terrain de foot. 

 

Par ailleurs, à mes heures j’ai œuvré au sein du Comité des Fêtes à deux reprises (76/79 - 2002/2004) avec tout ce que cela implique de présence et d’animation.  

 

Ce rôle d’initiateur, de dirigeant et d’acteur ne m’a pas fait que des amis !  

 

Fougueux, impétueux, impatient, j’ai donné l’image d’un homme certes engagé mais aussi difficile à vivre tant mon niveau d’exigence appliqué d’abord à moi-même puis, par ricochet,  aux autres, a pu être vécu comme trop élevé. Je ne peux tout de même pas aller jusqu’à m’en vouloir d’avoir trop fait !  

 

Mes détracteurs ont pris un certain et malin plaisir à noircir le tableau lorsqu’il s’est agi d’évincer le gêneur que j’étais devenu occupant trop de place. 

 

Il a été facile alors de m’affubler d’adjectifs aussi élogieux que caractériel (j’ai du caractère !), extrémiste (j’ai pour habitude d’aller au bout de mes entreprises), dictateur (il faut parfois un meneur d’hommes et d’actions pour faire évoluer les mentalités). « La critique est aisée, l’art est plus difficile ! »  

Aujourd’hui, loin du tumulte de la jeunesse, marqué moi aussi par les événements douloureux de la vie, soucieux d’être en concordance avec mes valeurs, mes buts,  et mes actions, à l’écoute de toutes ces différences qui font que l’on s’enrichit forcément au contact de l’autre, sans renier aucune de mes actions passées, j’ai acquis une sérénité certaine et un recul suffisant pour aborder les sujets d’importance ; cela se nomme sûrement l’expérience.  

 

Tout en conservant jalousement cet instinct de battant, un dynamisme à toute épreuve et une foi en mon prochain, je reste persuadé que Flourens est à la porte de tous les possibles. Cette vitalité qui m’anime, je la voue à notre commune avec pour seul et unique but que je tente de faire partager avec ardeur : faire que Flourens soit un village avec une âme, une motivation, un lieu de vie.   

 

C’est donc avec calme et détermination que je poursuis mon but associé à toutes celles et ceux qui m’accompagnent bien souvent dans l’ombre depuis de nombreuses années.  Je ne cesserai de rappeler que Flourens et le bien-être de ceux qui y vivent sont au cœur de nos préoccupations.  

 

Je puis également assurer que mes démarches passées ou actuelles n’ont aucun lien avec la politique quelle qu’elle soit.  

 

Mes engagements et mes projets sont basés sur le devenir de Flourens et de ses concitoyens ; je laisse à d’autres le soin de s’imbriquer, de s’impliquer dans des idéologies qui n’ont pas lieu d’être dans notre village.    

 

Maladroit à mes débuts, imparfait (qui ne l’est pas ?), mais toujours présent pour accompagner, innover, donner l’impulsion, créer la dynamique, servir la cause générale, ouvrir des horizons nouveaux, soutenir un projet d’envergure, être responsable de ses engagements, je n’ai changé que pour mieux canaliser l’énergie qui est la notre et pour offrir à Flourens un futur ambitieux. 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 21:12

Une Dernière Pensée

J'ai très envie d'adresser à mon compagnon à quatre pattes une dernière pensée affectueuse, lui qui pendant huit années m'a accompagné et m'a permis de traverser de redoutables moments.

En ce vendredi 14 avril 2006, il s'en est allé sans bruit pour un long voyage au royaume des Animaux.

Qu'il me soit permis ici de remercier vivement toutes celles et ceux qui, par gentillesse et compréhension ont accepté les aboiements de Dick.

Conscient de ces nuisances, je lui étais toutefois très attaché ; sa joie de vivre et sa présence me manquent terriblement.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 21:57

De mon enfance aujourd’hui, je trace le parcours. 

Mes Origines :

Mon Père, Espagnol, fils d’ouvrier,  ouvrier lui-même, attaché à la France et à ses traditions pour tout ce qui faisait sa culture. 

Ma Mère, Catalane, fille de petit bourgeois a suivi mon père dans ses multiples allers-retours entre la France et l’Espagne.  

Pour subvenir aux besoins de notre famille, par amour et /ou par engagement pour mon père et à ses valeurs, après une jeunesse dorée entre des études de musique et des promenades élégantes, elle devra faire des ménages et la plonge dans des restaurants.  

Aujourd’hui par toutes ces situations qui restent à jamais gravées en moi, il me reste des valeurs que j’ai faites miennes comme le respect, le civisme, l’amitié pour tous ceux qui m’entourent. Je ne renie point mes racines ; né à St Etienne, je suis de par ma Mère Catalan  pour l’engagement, Français de par ma naissance et Espagnol  par mon Père qui m’a transmis l’envie de communiquer avec mon prochain.   

Mes Etudes : 

Certificat de fin d’études, Cap d’Electricien, Brevet de Maîtrise (électricité), Ecole de Cadres, Diplôme de Maître Artisan  

Mon Parcours Professionnel :  

Apprenti électricien, ouvrier, chef d’équipe, chef de chantier, puis, artisan, chef d’entreprise et enfin   gérant de sociétés

Partager cet article
Repost0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 21:56

Ma Philosophie de la Vie  : 

J’ai toujours aimé être en mouvement. 

Pour moi, le confort est associé à l’idée de fin

 Ce qui m’importe, c’est de continuer à rencontrer les gens, avec le moins de préjugés possible, d’essayer de comprendre ce qu’ils ont dans la tête.

 J’espère garder cette curiosité, j’aime prendre le risque de la rencontre, ne pas être trop « Secure ».

 J’ai juste fait l’effort de ne pas être un poids pour les autres, c’est sans doute une politesse qui vient de mon éducation.   

Je n’ai pas évolué exactement de la manière dont je l’avais rêvé parce que j’ai toujours été dans l’action, je n’ai pas pris le temps de me conformer à une image idéale de moi-même.   

Mon rêve de tout jeune était de devenir aviateur, pour des raisons que j’ignore ;  je n’ai pu à ce jour  et je le regrette qu’obtenir mon brevet de pilote privé et faire mon armée dans les corps de parachutistes au 35 éme à Tarbes.

Une façon  peut-être de me rapprocher de l’idéal d’alors

Partager cet article
Repost0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 21:55

  Ma Route à Flourens : 

 

Arrivé en 1971 sur la commune de Flourens, j’entrepris de construire notre pavillon pour  m’installer dans ce village aux abords plaisants et tranquilles. 

Dès 1975 fin des travaux, l’envie de communiquer avec les voisins surgit, je dirais presque d’un élan commun.  

 

Répondant aux appels du  Maire d’alors, Monsieur DURAND,  j’entrai au Comité des Fêtes car le précédent bureau avait donné sa démission.  

 

Trois années passées au bureau de cette association  me permirent de côtoyer beaucoup de flourensois anciens et nouveaux. Après l’organisation de  manifestations  et animations de tous genres me prit l’envie de créer une association de sport le CSLF.  

 

Avec un groupe d’amis sportifs, dès septembre 1979 naissait cette association multisports qui avait pour préoccupation première l’animation sportive des jeunes inexistante dans la commune. Très rapidement, les habitants de tous âges s’inscrivaient aux différentes disciplines encadrées par nos responsables. Football, gym mixte, ping-pong, sortie neige, pétanque, sortie vélo, ski, lotos, belote, sorties canyoning………….  

 

Avec l’accord du Maire Monsieur RANVOISY,  j’obtins la responsabilité de l’étude du projet de courts de tennis sur la commune en  avril 1980.  

 

Dès 1981 une nouvelle section naissait : leTennis.  

 

En mars 1985, des contacts étaient pris avec des responsables de Drémil Lafage pour étendre la section foot. De nos rencontres, le 23 mars 1985, naissait l’ASFDL.

 Bien souvent, je me suis engagé personnellement, financièrement, pour développer et entretenir une chaude ambiance dans notre localité, réunissant les générations. Je suis convaincu que certains y trouvaient un désordre, un mélange de genres nuisible.    

Après de nombreuses interventions pour maintenir une politique sportive pour les uns et de loisirs pour les autres, je pris la décision en 1989 de mettre en sommeil le CSLF.  

 

Ma volonté désormais allait s’orienter vers un débat politique au sens large.  

 

Ma candidature aux élections municipales de mars 1989, avec 21% des voix finit par me convaincre d’élargir mes motivations et mon énergie vers d’autres horizons.  

 

Je m’engageai alors vers la défense de l’apprentissage de nos jeunes. 

Vice président du syndicat des électriciens à la CAPEB , j’obtins le diplôme de l’école des cadres en 1989 et dans la foulée, je créai le CIBAT,  service aux artisans pour leur permettre d’accéder aux marchés publics .  

 

A cette époque, volontairement, je décidai de m’écarter de la vie flourensoise et seuls mon travail de chef d’entreprise, et mon engagement syndical professionnel occuperont mon espace personnel.  

 

En novembre 2000 je suis contacté pour représenter une équipe aux élections de 2001. Après réflexion j’abonde dans  cette demande et un nouveau chalenge  surgit.  

 

Les résultats sont encourageants, 42% des voix, et à la demande de plusieurs personnes, je décide alors de poursuivre l’action et crée une association les Amis de Flourens. 

Association  dédiée à  la défense et l’écoute des habitants de la commune,  lien important à mon sens afin d’établir un contact permanent avec la population. 

Création d’une revue associative dès 2002, engagement auprès du Comité des Fêtes pour une période de trois années durant lesquelles seule ma volonté  de travail et d’animation sont mon leitmotiv.  

 

Pendant toutes ces années, mon engagement n’a eu pour seul objectif que de dynamiser la commune et de créer une âme dans le village.  

 

Préserver les jeunes dans la cité,  faire partager  joie et dynamisme avec nos anciens et accueillir les nouveaux arrivants en mettant en place des lieux de rencontres et de vie.  

 

Mes participations aux Comités de Quartiers, Commission de Pilotage, engagement pour le déplacement des antennes radio téléphone,  forums des Associations, toutes ces actions n’ont qu’un seul but, montrer l’intérêt qui m’anime pour défendre la collectivité et le bien-être des habitants dans un souci permanent de développer notre cité et ses infrastructures pour accueillir le Flourens de 2008 / 2015.  

 

Plutôt que d’œuvrer pour un plaisir personnel et de laisser la trace de son passage, il m’apparaît plus urgent de dépasser ces préjugés et de s’engager  tous ensemble, pour une commune vieillissante qui a besoin de vivre avec l’aire de son temps. 

Partager cet article
Repost0